Les poules :
Première journée : 17 septembre 2003
PSV Eindhoven (Ned)
1-2
AS Monaco (Fra)
AEK Athènes (Gre)
1-1
Deportivo La Coruña (Esp)

2ème journée : 30 septembre 2003
AS Monaco
-
AEK Athènes
Deportivo La Coruña
-
PSV Eindhoven

3ème journée : 22 octobre 2003
Deportivo La Coruña
-
AS Monaco
AEK Athènes
-
PSV Eindhoven

4ème journée : 4 novembre 2003
AS Monaco
-
Deportivo La Coruña
PSV Eindhoven
-
AEK Athènes

5ème journée : 26 novembre 2003
AS Monaco
-
PSV Eindhoven
Deportivo La Coruña
-
AEK Athènes

6ème journée : 9 décembre 2003
AEK Athènes
-
AS Monaco
PSV Eindhoven
-
Deportine La Coruña


Classement :

CLASSEMENT
Pts
J
G
N
P
p
c
diff
1. AS Monaco FC
3
1
1
0
0
2
1
+1
2. Deportivo La Coruña
1
1
0
1
0
1
1
0
3. AEK Athènes
1
1
0
1
0
1
1
0
4. PSV Eindhoven
0
1
0
0
1
1
2
-1

 

Le match de l'AS Monaco : PSV Eindhoven - AS Monaco FC : 1 - 2 (0-1)


Fiche technique :Philips Stadion, Eindhoven (Pays-Bas), AS Monaco FC bat PSV Eindhoven 2 à 1 (mi-temps: 1 à 0)
Spectateurs : 25 000 environ
Arbitre : M. Bennet (Angleterre)

Les Buts:
Eindhoven: Bouma (65')
Monaco: Morientes (31'), Cissé (56')

Avertissements :
PSV Eindhoven: Van der Schaaf (44'), Park Ji-Sung (66')
Monaco: Rodriguez (49'), Cissé (54'), Rothen (74'), Plasil (80')

Expulsions :
PSV Eindhoven: néant
Monaco: néant

Les Equipes :
PSV Eindhoven: Waterreus - Colin, Ooijer, Bouma, Lee Young-pyo - Van Bommel, Van der Schaaf (Vennegoor of Hesselink, 46') - Rommedahl, Park Ji-sung, Robben (De Jong, 83') - Kezman
Entr: G. Hiddink
Non utilisés: Van Dijk (g.), Holland, Lucius, Hoogstrate, Vonlanthen
Monaco: Roma - Givet, Squillaci, Rodriguez, Evra - Cissé (Plasil, 73'), Bernardi, Zikos, Rothen (Prso, 89') - Giuly (Adebayor, 86'), Morientes
Entr: D. Deschamps
Non utilisés: Sylva (g.), Oshadogan, El Fakiri, Camara

Les nouveaux ont fait parler la poudre mercredi soir dans le plat pays qui n'est pas celui de Jacques Brel puisque Cissé et Morientes ont signé les deux buts de la victoire monégasque en terre batave, les representants de Philisps n'étant parvenus à marquer qu'à une seule reprise, et de fort jolie façon d'ailleurs, par Bouma sur un coup franc magnifique venu se loger dans la lucarne d'un Flavio Roma qui n'a même pas esquissé un geste sur la frappe, tant celle-ci fut pure et millimétrée.